Livre : Le musée imaginaire d’André Malraux (1947)

Publié le janvier 29, 2012

0


Le concept de “musée imaginaire”, développé par André Malraux dans son ouvrage éponyme en 1947, n’a cessé d’être convoqué au gré des développements successifs de la photographie dans la seconde moitié du 20ème siècle. Voici quelques extraits du livre portant sur la reproduction photographique de tableaux, présentant les réflexions de Malraux sur le rapport de la copie à l’original, qu’il convient de relire à l’heure où l’on peut encore faire état de nouveaux progrès dans le domaine de la restitution des oeuvres :

“La photographie des tableaux a joué un rôle moins complexe. Comme jadis la gravure, elle étendait notre connaissance plus qu’elle ne touchait notre admiration, notre connaissance, ou notre curiosité, car nombre de ces photos ont joué le rôle d’ambassadeurs, jusqu’au développement des nouveaux procédés de reproduction en couleurs.
Ils sont loin d’être parfait, et ne le sont jamais lorsqu’ils reproduisent un original de grandes dimensions. Leur progrès, en vingt ans, a pourtant été saisissant. La reproduction ne rivalise pas avec le chef-d’oeuvre présent : elle l’évoque ou le suggère. Vouloir la rejeter en raison de ses faiblesses est aussi vin que l’était, naguère, vouloir rejeter le disque. Elle ne fait pas plus négliger les originaux, que le disque n’a fait négliger le concert. Elle nous mène à contempler ceux qui nous sont accessibles, non à les oublier ; et s’ils sont inaccessibles, qu’en connaîtrions-nous sans elle ?
Or l’histoire de l’art depuis cent ans, dès qu’elle échappe aux spécialistes, est l’histoire de ce qui est photographiable.” (p.111)

Et, un peu plus loin :

“Le monde des photographies n’est que le serviteur du monde des originaux, sans doute ; pourtant, moins séduisant ou moins émouvant, beaucoup plus intellectuel, il semble révéler, au sens qu’a ce mot en photographie, l’acte créateur ; faire d’abord de l’histoire de l’art, une suite de créations.” (p.148)

Bibliographie :

André Malraux, Le musée imaginaire, Paris, Gallimard, 1965 (3ème édition)

About these ads