Le multimédia au musée

Posted on novembre 20, 2011

0


Hommage au pionnier.

Canal i-medias a archivé les rencontres média de Paris 8. Parmi celles-ci figurent une conférence de Xavier Perrot, ancien enseignant à l’Ecole du Louvre ainsi qu’à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, portant sur « Le multimédia au musée » (19 décembre 2004). Si plusieurs années se sont écoulées depuis, l’historique de l’introduction des nouvelles technologies dans les musées n’a bien évidemment pas vieilli.

Lien vers le film et ses annotations

Lien vers Canal i-médias

Avant que le contenu ne disparaisse (simple précaution puisque le site ne semble plus très actif, et l’auteur de ce blog a connu bien des déboires en matière de disparition de contenu numérique), j’en copie-colle la restitution écrite. Bien que devant être actualisée (on s’arrête ici à l’année 2004, il y a presque 10 ans!), elle n’en constitue pas moins un document utile, notamment pour le point de vue qui s’intéresse tout autant au multimédia au musée qu’à l’apport des artistes à la réflexion globale sur le sujet.

CH.0 : 0-Générique

SEQ 3513 – 0.1 -Présentation de la conférence
Dans un premier temps, l’histoire des bornes interactives permet de voir de quelle façon les possibilités du numérique ont réussi ou échoué à susciter de nouveaux usages chez le public des musées. Puis, sont abordées les nouvelles interfaces et dispositifs développés pour rendre plus accessibles et plus contextuelles les connaissances muséographiques. Ecrans immersifs, interfaces haptiques, guides multimédia, permettent d’avoir une idée des potentiels de ces nouveaux appareillages culturels que sont les ordinateurs portables ou les installations informatiques. Ils sont issus à la fois de la recherche scientifique et des expérimentations artistiques. En arrière-plan, se posent des questions cruciales sur les impacts de ces systèmes qui hybrident la réalité et la virtualité. Pour en comprendre les enjeux, des exemples puisés dans des films de science-fiction sont utilisés. Des critères objectifs, précisés au fil du discours, président aussi à leur développement. Les avancées de ce domaine sont partagées par une communauté active au travers de manifestations d’envergure où se confrontent initiatives et réflexion théorique.

CH.1 : I-Histoire du multimédia dans les musées

SEQ 3514 – I.1 -Présentation de l’intervenant et de la conférence
Xavier Perrot, est devenu maître de conférence à Paris 1, après un DEA et une thèse avec Roger Laufer à Paris VIII sur la place du multimédia et les musées. Son exposé se veut généraliste. Il se fera en quatre étapes : un panorama de l’apparition des dispositifs multimédias dans les lieux publics ; un point sur l’innovation technologique dans les musées ; une réflexion sur l’expérience des visiteurs qui en découle, une clarification des critères utiles à l’analyse et à la conception de ces dispositifs, notamment à travers la notion d’hybridation. Sa dernière partie sera consacrée à présenter la manifestation ICHIM de 2004.

SEQ 3515 – I.2 -Les bornes interactives, promesses et limites
L’apparition des premières expériences d’implantation de bornes multimédias remonte à 1986 au Musée d’Orsay. Au-delà de l’effet de mode qui les a promues, elles ont rapidement montré leur limite, en terme de coût, de pérennité et d’usage. Pour autant, elles ont eu le mérite de faire entrer la problématique multimédia dans les musées.

SEQ 3516 – I.3 -Quelques cas de bornes interactives réussies
Restent quelques exemples intéressants, qui démontrent qu’une conception des bornes étroitement associée à l’organisation de l’exposition donne des résultats de qualité. A travers un parcours nord-américain, de Montréal à Minneapolis en passant par Seattle, sont évoqués les modalités de production, les choix technologiques et les conditions économiques qui expliquent ces succès et prolongements.

SEQ 3517 – I.4 -Multimédia, musées et société
La pénétration du numérique dans les musées est relative faible par rapport au reste de la société. Elle ne suscite pas un intérêt comparable à celui du jeu vidéo. Pourtant, chacun des appareils numériques (consoles, téléphones mobiles, etc.) est un véritable ordinateur dont les usages ne sont limités que par leurs programmes. Leurs vraies possibilités sont encore à venir.

SEQ 3518 – I.5 -Deux personnalités antithétiques du multimédia
Pour avoir abusé de sa position de leader, Microsoft a été mis en examen. Un extrait vidéo montre un meeting où l’issue  » positive  » du procès est dévoilée. Il ne peut que nous rendre méfiant à l’égard de ce géant de l’informatique. A l’opposé, la figure de Ted Nelson est ensuite présentée : depuis les années 1960, ce dernier invite les professionnels de la culture et les conservateurs des musées à  » s’investir et être maître de la destinée technologique de leurs institutions « .

CH.2 : II-Innovation et prospective du domaine

SEQ 3519 – II.1 -Exemples d’interfaces futuristes : du rêve à la réalité
Une séquence du film « Minority Report » est présentée : le maniement des images y est parfaitement fluide et effectué en l’absence de toute interface visible. Le concept sous-jacent est celui d’écran immersif. Le musée Niepce de Chalon-sur-Saône s’en est inspiré pour réaliser un dispositif muséographique permettant de consulter aisément un millier de daguerréotypes.

SEQ 3520 – II.2 -Dispositif portatif : l’hyperguide
Différents appareils portatifs permettant un accès privatif à l’information pour la visite des musées sont ici présentés. Il est question notamment du Tablet PC développé par Intel. Celui-ci permet de consulter en temps réel, depuis un petit appareil tenu au creux de la main, des informations disponibles sur une oeuvre, telles que le témoignage de l’artiste.

SEQ 3521 – II.3 -Des prototypes expérimentaux
Flavia Sparacino du Media Lab à New York a conçu une table interactive présentant des projets architecturaux. Il a aussi imaginé une surimpression d’images virtuelles par l’intermédiaire de lunettes équipées d’un écran LCD. Ces travaux dérivent souvent des recherches les plus pointues sur les modalités interactives avancées (robotique, appréhension haptique, etc.).

SEQ 3522 – II.4 -La visite guidée de demain
Alok Nandi est renommé pour avoir apporté une vision innovante du monde multimédia en réinventant les interfaces homme-machines. Elles peuvent maintenant permettre d’avoir une vue panoptique des contenus et de les manier à distance à l’aide du mouvement des bras. Ces nouveaux systèmes peuvent servir par exemple à un conférencier ou bien, comme les tables de dialogues, à l’interaction entre plusieurs visiteurs. L’école polytechnique de Lausanne a aussi mis au point des robots conférenciers.

CH.3 : III-Le rôle des artistes et les critères d’analyse

SEQ 3523 – III.1 -Des artistes à la pointe de l’innovation
L’innovation provient aussi des artistes eux-mêmes, qui imaginent des « dispositifs-oeuvres d’arts » fixant les conditions de leur approche par le public. En témoignent l’oeuvre d’art de Paul Vanouse, avec Security Bra, les travaux d’un peintre portugais programmant des robots peignant à sa place ou l’installation artistique de Kenneth Rinaldo, qui fait danser le visiteur avec des bras mécaniques.

SEQ 3524 – III.2 -Jusqu’où iront les interfaces immersives ?
Un extrait vidéo du film américain eXistenZ, de David Cronenberg, donne une vision extrême des jeux vidéo de l’avenir. Dans un futur proche, les êtres humains se connectent aux machines via des interfaces pénétrant leur chair. Serions-nous prêts à supporter ce type d’implant pour la visite de musées?

SEQ 3525 – III.3 -Les critères d’analyse des dispositifs multimédia
Si les technologies numériques offrent des possibilités inédites pour la visite des musées (réalité virtuelle, réalité augmentée…), il convient d’analyser les conditions de leur implantation en regard de différents facteurs : économiques, sociologiques, physiques, esthétiques et cognitifs. D’une part, le public n’est peut-être pas encore tout à fait prêt à bouleverser ses habitudes de visite. D’autre part, les nouveautés technologiques doivent pouvoir être compatibles avec la production des expositions.

CH.4 : IV-Les manifestations sur le multimédia dans les musées

SEQ 3526 – IV.1 -Trois évènements internationaux
Des manifestations, comme les journées Nicephore Days à Chalon-sur-Saône, et  » Museum and the Web  » aux Etats-Unis, réunissent des professionnels des musées et du Web. Les rencontres ICHIM (International Cultural Heritage Informatics Meeting) existent depuis 1991 : Xavier Perrot donne un petit historique de la manifestation et explique quels sont ses nouveaux objectifs. Il en est en effet aujourd’hui le coordinateur et lui a donné une nouvelle impulsion en l’associant à une exposition bi-annuelle à Paris.

SEQ 3527 – IV.2 -Les rencontres ICHIM 2004 : à la croisée des acteurs
Des photos prises à ICHIM 04 permettent d’évoquer concrètement cette manifestation consacrée à l’archivage numérique et aux recherches de pointe dans les musées : International Conference on Hypermedia and Interactivity in Museums (ICHIM). Après une visite des lieux, nous sont présentés les différents participants : élus, institutions, chercheurs, entreprises.

SEQ 3528 – IV.3 -ICHIM 04 : la partie exposition
Cet évènement est aussi l’occasion de montrer les travaux artistiques qui font preuve d’innovation et qui peuvent avoir des retombées sur les modes d’exposition que les musées pourraient mettre en oeuvre.

Publicités
Posted in: Musée, Ressources